Vous êtes : Le nez >> Explorations fonctionnelles

Explorations fonctionnelles rhinologiques respiratoires et olfactives

Les Explorations fonctionnelles rhinologiques comportent

  1. l’évaluation de la capacité respiratoire nasale mesurée par rhinomanométrie
  2. et les investigations destinées à établir le bon fonctionnement de l’odorat

1. Explorations fonctionnelles rhinomanométriques

A – Principe

Aspect endoscopique normal d’une fosse nasale droite : Cornet inférieur au 1er plan, cornet moyen au 2è plan.

La rhinomanométrie est une épreuve fonctionnelle respiratoire qui complète l’interrogatoire, l’examen clinique et l’examen endoscopique réalisés systématiquement pour vérifier l’état de la muqueuse, l’absence de tumeurs ou d’éventuelles anomalies architecturales du squelette endonasal.

Elle explore la perméabilité nasale en mesurant la résistance à l'écoulement de l'air dans les conduits nasaux

  • La perméabilité nasale, ou résistance nasale à l’écoulement de l’air =R, dépend de la différence de pression ΔP de l’air à l’entrée (narine) et à la sortie du conduit nasal (cavum)
  • le calibre de ce conduit
  • et la vitesse d’écoulement de l’air ou débit : V ou volume par unité de temps. Pour un même volume le débit dépend des aspérités des parois.

R = ΔP/V

B – Schéma présentant le résultat : rhinomanométrie en inspiration antérieure, bouche fermée

Aspect endoscopique normal de la fente olfactive droite située au dessus de la tête du cornet moyen

Image en miroir sur les 4 quadrants

  • Inspiration 1- 4
  • Expiration 2 - 3
  • Quadrants 1 - 3: fosse nasale Dt
  • Quadrants 2 - 4 : fosse nasale G

La résistance totale est calculée par définition pour la pression de 150 Pa/cc/s (modèle de Borum) selon la formule

Cette épreuve nécessite la mesure de la résistance pour les fosses nasales séparées et un calcul pour la résistance totale selon la formule

1/R tot = 1/RD  + 1/R G

Appareillage et installation pour les épreuves rhinomanométriques

 

C – Différentes épreuves réalisées grâce à ces investigations

a – Epreuve rhinomanométrique spontanée : la mesure de la résistances nasale permet d’objectiver une obstruction respiratoire.

b - Rhinomanométrie avec utilisation de produits vasomoteurs.

Différentes façons de procéder permettent d’obtenir des informations sur le fonctionnement nasal. Par exemple, l’application de vasoconstricteurs (sous contrôle médical) permet d’objectiver un œdème d’origine muqueuse (gonflement) ou une déformation architecturale (déviations du squelette nasal).

Ces examens aident la prise de décision thérapeutique et le suivi les résultats.

c – Bilan rhinomanométrique pré et post opératoire.

Un examen rhinomanométrique peut être utile avant d’entreprendre un geste chirurgical destiné à corriger la forme du nez ou de la cloison nasale.

Enregistrement rhinomanométrique : mesure fosses nasales séparées

d - Epreuve d’exposition allergénique simple ou professionnelle

La rhinomanométrie peut remplacer l’exposition bronchique aux produits suspectés de provoquer une rhinite accompagnée d’asthme. Dans ce cas, l’application nasale du produit évite les risques de broncho constriction (asthme) lors du test.

Selon un protocole rigoureux, la rhinomanométrie permet un test d’exposition réaliste nasale, dont les résultat sont pathognomoniques pour l’étiologie professionnelle des troubles de l’arbre respiratoire.

Bien que souvent compliquée à réaliser, il est possible de démontrer le lien de cause à effet entre l’exposition professionnelle et la maladie respiratoire du patient.

D – Conclusion

Les examens rhinomanométriques sont des investigations de la fonction respiratoire haute. Ils sont bien codifiés et utiles pour mesurer la capacité respiratoire nasale et ses modifications après usage de vaso-constricteurs, ou après chirurgie.

Ils sont indispensables dans les cas d’exposition professionnelle allergique

Docteur Corinne Eloit



Page mise à jour le : 25/10/2012